Accueil > Le mag > Conseils jardinage > Vidéo Que faire au jardin en mai ?

Voici une nouvelle vidéo de Permaculture Agroécologie etc. sur quoi faire au jardin en mai. Dans notre région (Loire Atlantique) ces conseils peuvent s’appliquer 15 jours à 1 mois après.


Quoi planter et que faire au jardin en mai ?

En mai, vous pouvez toujours faire ce que vous pouviez faire en avril. Vous pouvez par exemple encore semer courges, courgettes, laitues, radis, poireaux, mais, haricots, basilic, amarantes, etc...

Vous pouvez planter en serre des patates douces. Il vous suffit d’en récupérer ou d’en acheter dans un magasin bio, de les couper en 3 puis de les planter dans des godets avec un peu de terre au-dessus. C’est assez long à germer, il faut compter environ un mois. Vous pourrez les planter en pleine terre donc à partir du mois de juin, il faut qu’il fasse bien chaud, les patates douces ne supportent pas le froid. Bien arroser, il faut que la terre soit toujours humide. Les mettre dans un bac non troué pour bien garder l’humidité.

En mai, vous pouvez buter vos pommes de terre si vous en avez planté en avril. Si elles sont bien poussé, vous pouvez ajouter de la matière organique, de la tonte par exemple, jusqu’aux premières feuilles ce qui va permettre de produire des pommes de terre jusqu’à ce niveau.

Si vous avez semé en serre, c’est le moment de commencer à sortir doucement vos plants. Ne sortez vos plants que si les nuits sont assez chaudes car par exemple pour un plan de tomate, s’il subit une température inférieure à 5 degrés, il peut mourir. ou devenir un peu bleu et aura du mal à repartir. Si vous les sortez et que les nuits sont encore fraîches, vous pouvez les protéger avec un voile blanc ou des vitres. Ceci est valables pour les plantes qui craignent le froid, donc ne concerne pas les salades, blettes, épinards...

Vous pouvez également protéger du froid les petits plants avec une bouteille plastique coupée en 2, en veillant à faire quelques trous pour l’aération, que vous poserez sur le plant. L’idéal étant de l’enlever le matin et de le remettre le soir pour que le plant puisse mieux respirer. Ceci peut permettre de gagner quelques semaines de culture.
Si vous avez raté vos semis, vous pouvez encore acheter ou récupérer des plants. Préférez les petits producteurs qui font leurs plants bio, et surtout reproductibles.

Vidéo que faire au jardine en mai

Astuces

Evitez de faire de la monoculture. Donc éviter de planter des zones uniquement avec des tomates, car si une des plantes est malades, la maladie va se propager sur toutes les autres. Même chose pour les ravageurs, privilégiez donc la polyculture. Il faut connaître les familles de plantes pour cela.

Par exemple, tomate, aubergine, poivron n’est pas une polyculture, c’est une monoculture de solanacées. Elles ont les mêmes maladies, les mêmes ravageurs, puisent les mêmes minéraux dans le sol. Même chose pour le melon, la pastèque, une courgette et un concombre, c’est une monoculture de cucurbitacées.
Eviter de mettre les alliacés avec les légumineuses fèves, pois chiches, lentilles, haricots.

Eviter de planter une tomate tous les 50cm ou alors insérer des salades, du basilic entre les plants.

La culture à plat

Préparer la terre en passant la grelinette, ne pas retourner la terre, juste l’aérer. Ensuite mettre de la tonte et recouvrir de paille. C’est la méthode qui réclame le moins d’eau. Il faut environ 20cm de paillage pour bien garder l’humidité tout l’été. Arroser un bon coup au départ puis c’est tout, sauf si vraiment grosse sécheresse, surveiller l’humidité de la terre de temps en temps.

La culture en Milpa (Les 3 soeurs)

Ce sont 3 plantes qui fonctionnent en synergie. Mais, courge et haricot grimpants (donc haricots à rame). Commencer par planter le mais. Lorsqu’il atteint 10 cm, on plante à son pied des haricots et des courges. Le mais va servir de tuteur aux haricots, les courges vont couvrir le sol donc empêcher les herbes spontanées de pousser et maintenir le sol frais grâce à leur ombre. Les mais vont également faire un peu d’ombre aux courges car les courges en plein soleil ont les feuilles un peu flétries et ont du mal à pousser. Le haricot fixe l’azote atmosphérique et va le redistribuer aux autres plantes. Il y a d’autres compositions possible comme par exemple l’ipomée et la tomate avec un tuteur. L’ipomée va s’accrocher à la tomate et au tuteur, ce qui évite d’avoir à fixer la tomate au tuteur manuellement.

Positionnement

Pensez à la hauteur finale de vos plantation et à l’ombre qu’elle va provoquer sur les autres.
Si vous avez des arbres fruitiers, plantez des plantes potagères à leurs pieds ! Les soins que vous allez apporter à votre petit potager au pied de vos fruitiers seront bénéfiques pour eux également et améliorera la structure du sol. L’arbres apportera également un peu d’ombre au mini potager. Vous utiliserez également beaucoup moins d’eau que si vous deviez arroser chacun séparément.

La consoude, l’amie du potager !

En mai la consoude est en fleur. Vous pouvez la manger mais vous pouvez surtout la ramasser pour en faire du purin ou la déposer directement au fond du trou de plantation, voire par-dessus autour. La consoude est très riche en potasse qui va booster vos cultures. Ca fonctionne vraiment très bien. Si vous n’avez pas de consoude, vous pouvez tout à fait faire la même chose avec de l’herbe, il faut juste faire attention à ne pas prendre des herbes invasives.

L’arrosage

Quand vous plantez, arrosez très copieusement la première fois, car ça va permettre à la plante de passer le stress du repiquage, puis ça va permettre aux racines d’aller en profondeur chercher l’eau donc de les rendre autonomes rapidement. Car si vous faites de petits arrosages fréquents, la plante va devenir faignante, les racines vont rester en surface en attendant le prochain arrosage. Et comme la surface est plus sèche, la plante va réclamer de l’eau très souvent. Le meilleur arrosage reste la pluie... Prévoir environ 10 litres d’eau pour 3 plants. Evitez de mouiller le feuillage lorsque vous arrosez, surtout les courges et les tomates, ça peut les rendre malades. Donc éviter les arrosages avec aspersion. Attention également à ne pas arroser avec un eau trop froide, surtout si on arrose en pleine chaleur l’après-midi. L’idéal est d’utiliser l’eau d’une cuve à température ambiante ou d’un mare qui ramène plein de sels minéraux nutritifs si l’eau est argileuse.

Rotation des cultures

Après les radis, vous pouvez planter directement un plan de tomate à la place, une aubergine, une courge. Il faut planter très densément, et ne pas laisser de terre nue, toujours remplacer ce qu’on a récolté par autre chose. Sinon recouvrir avec de l’herbe ou des feuilles.

Recréer du sol

Si vous n’avez pas assez de terre, vous pouvez recréer de la terre. Pour cela récupérez toute la verdure, feuilles, herbes, etc... posez-les sur le sol. Recouvrez le tout avec du broyat (brf). Faites cela chaque année, et vous aurez créé votre nouveau sol fertile.

Les plantes sauvages comestibles.

On pense souvent aux herbes lorsque l’on parle de plantes comestibles, mais on oublie les arbres ! Par exemple, les feuilles de tilleul sont excellentes, surtout les toutes petites feuilles et les jeunes bourgeons. Une salade excellentes. On peut les consommer également cuits comme des épinards. Bien sur, plus connu, vous pouvez faire des infusions avec les fleurs.
Les fleurs de robinier et de glycine sont également comestibles, ainsi que les fleurs de sureau en boisson.


par Fanny


Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


avril 2018 :

mars 2018 | mai 2018

Devenir adhérent

  1. Qui sommes-nous ?
  2. Nous contacter
  3. Adhérer à l’association
  4. Partenaires